Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs
Bienvenue chez CENTURY 21 A.C.K. Immobilier, Agence immobilière MARLY LE ROI 78160

Résidences secondaires et taxes d'habitation

Publiée le 24/02/2018

   

residence secondaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour inciter les propriétaires à vendre leur(s) bien(s), ou les dissuader de les proposer à la location sur des plateformes type Airbnb, dans les villes qui manquent de logements, les résidences secondaires vont voir leur taxe d'habitation s'envoler.

A Paris, Nice, Saint-Jean-de-Luz, ou encore Bordeaux cette mesure devrait calmer les ardeurs des acheteurs à la recherche d'un pied-à-terre dans ces grandes villes touristiques. Et en effet il y a urgence car les logements manquent par milliers. A Bordeaux par exemple le taux en vigueur depuis un an ne s'est pas révélé très efficace face à la croissance exponentielle d'Airbnb. La métropole veut donc le faire grimper de 20 % à 50 % pour les impôts de 2019, pas très loin du plafond de 60 % autorisé par le Parlement dans la loi de finances 2017.

Et à Paris ?

Il y a quelques semaines, le maire de Nice, Christian Estrosi, a obtenu un triplement du taux à 60 %, le maire de Toulouse a indiqué y réfléchir. Saint-Jean-de-Luz a doublé le sien à 40 %. A Paris le seuil maximum autorisé est atteint soit 60 %. Mais le Conseil de Paris a validé en juillet dernier la multiplication par quatre de la surtaxe d'habitation, pour la porter à 250 % - cette augmentation doit cependant faire l'objet d'un vote au Parlement. Au moins de 110.000 résidences secondaires ont été recensées par l'Insee dans la capitale et la France en compte près de 3,4 millions, soit environ un logement sur dix.

Notre actualité